Depuis la mise en place des radars, les contraventions sont de plus en plus nombreuses. Certains se sont fait retirer plusieurs points de leur permis de conduire et ont été obligés de régler une amende plus ou moins conséquente. D’autres se sont même vu annuler leur autorisation de conduire dans les rues de France. Mais quand on est chauffeur routier dans la vie de tous les jours, se voir retirer son permis n’est pas une option. Quelle est donc la meilleure solution ?

Contester une contravention : c’est possible !

Une contravention peut être contestée, et ce que l’on soit accompagné d’un avocat de ava magassa ou non. Des centaines de dossiers sont traités chaque jour par les juges. Il suffit de dresser une demande pour en faire partie. La plupart des contraventions sont refusées par les contribuables à cause de l’erreur des flashs de radars. En effet, ces derniers ne prennent pas en considération l’identité de la personne qui conduit, mais la plaque d’immatriculation.

Ainsi, même si on n’a pas été au volant, si la plaque a été flashée, la contravention sera directement envoyée aux propriétaires du véhicule en question. Ce dernier devra apporter la preuve qu’il n’était pas à l’origine de l’incident, et si possible, fournir l’identité du délictueux. Il semble pourtant nécessaire de souligner que le délai de contestation est de 45 jours à compter de la réception de cette dernière. Si la demande est refusée, il est possible d’être soumis à une amende majorée dans la mesure où on a attendu le dernier délai pour régler sa dette.

Demander l’indulgence du juge même quand on est en faute

Mais si on a effectivement commis la faute, quelle option reste-t-il ? Les chauffeurs, de taxi ou routier, peuvent demander l’indulgence du juge. Avec le sens du bien parlé d’un avocat et ses connaissances en matière de droit, il est possible d’obtenir un document appelé « permis blanc ». Il ne s’agit pas d’une obligation des magistrats, mais d’une faveur qu’il peut accorder à ceux qui assurent la stabilité financière de leur ménage en conduisant une voiture.

Ce document est valable pour un certain laps de temps, et ce, jusqu’au retour de son permis de conduire. Il est à noter qu’en cas de permis annulé, il faut suivre une nouvelle formation de code et de conduite pour l’obtention d’une nouvelle. Cette démarche n’est possible qu’au bout de 6 mois après l’annulation du permis de conduire précédent.